Comment se retourner contre une entreprise qui a fermé ?

by

Avez-vous déjà eu affaire à une entreprise qui a soudainement cessé ses activités, laissant vos revendications ou créances en suspens ? Vous n’êtes pas seul dans cette situation. Les entreprises peuvent fermer pour diverses raisons, mais les clients et fournisseurs concernés ne devraient pas rester sans recours. Cet article explore les différentes étapes et options à envisager pour vous retourner contre une entreprise fermée afin de protéger vos droits.

Comprendre la fermeture de l’entreprise

Types de fermeture d’entreprises

Il existe plusieurs types de fermetures d’entreprises, chacune ayant des implications légales différentes :

  • Liquidation judiciaire : L’entreprise est déclarée en faillite et un liquidateur est nommé pour vendre les actifs et rembourser les créanciers.
  • Dissolution volontaire : L’entreprise décide de cesser ses activités de manière proactive, souvent lorsque les dirigeants anticipent des difficultés futures.
  • Cessation temporaire d’activité : Parfois, une entreprise peut suspendre ses opérations pour une période donnée sans intention de dissoudre définitivement.

Conséquences juridiques

Chaque type de fermeture a des conséquences spécifiques pour les créanciers :

  • Pendant une liquidation judiciaire, il faut souvent soumettre une déclaration de créance au liquidateur désigné.
  • En cas de dissolution volontaire, les créanciers doivent agir rapidement avant que les actifs disponibles ne soient dispersés.
  • Si l’activité est simplement suspendue, les obligations contractuelles pourraient persister jusqu’à reprise ou décision finale sur le statut de l’entreprise.

Évaluer votre statut de créancier

Vérifier les documents contractuels

Commencez par vérifier tous les contrats, factures et accords signés avec l’entreprise fermée. Quels sont vos droits et obligations précisés dans ces documents ? Cela inclut :

  • Contrats de vente ou de prestation de services
  • Factures impayées
  • Accords de détention de garanties ou sécurités

Qualifier votre créance

Vous devez comprendre si votre créance est chirographaire (non garantie) ou privilégiée (garantie par des sûretés). Les créanciers privilégiés ont souvent plus de chances de récupérer leur argent. Documents à examiner :

  • Actes notariés
  • Garanties réelles comme les hypothèques
  • Privilèges légaux

Procédures judiciaires

Déposer une déclaration de créance

Si l’entreprise est en liquidation judiciaire, vous devrez déposer une déclaration de créance auprès du liquidateur. Voici les étapes à suivre :

  1. Téléchargez le formulaire de déclaration de créance sur le site du tribunal de commerce compétent.
  2. Remplissez le formulaire avec toutes les informations pertinentes concernant votre créance.
  3. Joignez tous les justificatifs pertinents (factures, contrats, courriers).
  4. Envoyez le tout au liquidateur dans un délai fixé depuis l’ouverture de la procédure (souvent deux mois).

Assignation en référé provision

Une autre option consiste à assigner l’ex-entreprise en référé provision. Ce procédé permet d’obtenir un jugement rapide pour le remboursement de la créance. Cette procédure nécessite :

  • La constitution d’un dossier solide montrant l’absence de contestation sérieuse
  • Une représentation potentielle par un avocat spécialisé

Recours en comblement de passif

En cas de fraude manifeste ou de mauvaise gestion avérée ayant conduit à la faillite, il est possible de demander aux tribunaux de constater un « comblement de passif ». Cela signifie que les dirigeants de l’entreprise pourraient être tenus personnellement responsables des dettes de l’entreprise.

Pour réussir, vous aurez besoin de prouver que :

  • Les dirigeants ont commis des erreurs de gestion flagrantes
  • Des actions frauduleuses ont été menées

Solutions extrajudiciaires

Négocier directement

Avant d’entamer des démarches judiciaires, essayez de négocier directement avec les anciens dirigeants ou le liquidateur. Voici quelques astuces :

  • Restez professionnel et concise dans vos communications.
  • Suggérez des plans de paiement échelonnés si l’entreprise prévoit de relancer bientôt ses activités.
  • Explorez les compromis amicaux pour éviter des procédures coûteuses et longues.

Utiliser un médiateur

Faire appel à un médiateur spécialisé peut faciliter les négociations entre parties. Le médiateur agit comme intermédiaire neutre pour trouver une solution acceptable pour tous, ce qui pourrait sauver temps et dépenses relatives aux contentieux judiciaires.

Autres considérations importantes

Gérer les délais de prescription

Les recours contre une entreprise fermée sont soumis à des délais de prescription variable. Consultez un conseiller juridique pour vérifier le statut des délais applicables à votre créance.

Impact fiscal

Si vous êtes incapable de récupérer une créance impayée, vous pourriez être en mesure de déduire celle-ci comme une perte pour vos propres déclarations fiscales. Discutez-en avec votre comptable ou expert-comptable pour garantir que vous suivez correctement les règles fiscales pertinentes.

Consultation juridique

Un bon conseil juridique peut être inestimable dans ces circonstances complexes. Contactez un avocat spécialisé en droit commercial ou en liquidation judiciaire pour obtenir des conseils personnalisés. Un avocat pourra :

  • Analyser vos documents et déterminer vos meilleures options.
  • Préparer et déposer vos réclamations.
  • Représenter vos intérêts devant le tribunal.