Reconversion professionnelle : comment financer sa formation ? by

De nombreuses possibilités de financement sont disponibles pour réaliser avec sérénité votre projet de reconversion professionnelle. Sachez que plusieurs dispositifs sont activables, ils dépendront de votre statut (salarié, demandeur d’emploi…) et de votre projet.

Ces dispositifs vous permettent de financer directement votre formation (exemple du CPF) ou de préparer une entrée en formation. Nous vous proposons un tour d’horizon de ces nombreux dispositifs. Mais si vous souhaitez avoir plus d’informations, nous vous conseillons de vous rapprocher auprès de votre futur organisme de formation, comme le Greta de Paris.

Comment se faire financer une formation ?

Trouver le bon financement pour sa formation au Greta de Paris est d’une importance capitale. Qu’il s’agisse d’un demandeur d’emploi ou d’un salarié, il n’est pas toujours simple de trouver les fonds nécessaires. Trouver la bonne formule permet à tout candidat de financer sans difficulté la formation.

financement-formation-greta

– CPF de transition professionnelle

Cette solution de financement est une modalité assez particulière de mobilisation d’un CPF (compte personnel de formation). Elle offre la possibilité à tout salarié en CDD ou CDI souhaitant se reconvertir, évoluer ou se qualifier, de couvrir ses frais d’enseignement. Dans certains cas, il est possible que le dispositif prenne en charge la totalité des coûts ou une partie de ceux-ci.

Pour pouvoir profiter d’un CPF de transition professionnelle, tout travailleur en CDI doit disposer d’une ancienneté de 24 mois au minimum. Cette durée peut être consécutive ou pas. Pour les employés en CDD, la condition principale pour bénéficier du projet est d’avoir mené une activité salariée pendant deux années au moins.

En outre, dans certaines situations, l’ancienneté n’est pas une obligation. En effet, toute personne avec une OETH (obligation d’emploi des travailleurs handicapés) n’est pas tenue d’avoir de l’ancienneté pour profiter de cette solution. Il en est de même pour les travailleurs ayant été licenciés pour inaptitude ou motif économique.

Une durée de 1 an est nécessaire dans le cas d’une formation à temps plein. En revanche, pour l’enseignement à temps partiel et discontinue, il faut 1 200 heures. Pour ceux qui souhaitent vérifier leur éligibilité, rendez-vous sur ce site

– Compte personnel de formation

Toute personne qui le désire peut déjà disposer d’un compte personnel de formation dès l’âge de 16 ans. Pour les jeunes qui ont signé le contrat d’apprentissage, le CPF est accessible déjà à 15 ans. Ce compte individuel permet de cumuler les droits de formation professionnelle le long de sa carrière. Le CPF est rattaché à une personne physique et non au contrat de travail. Il est donc possible de s’en servir pendant une durée indéterminée.

Le compte est mobilisé uniquement par le titulaire ou alors par un intermédiaire. Dans le cas où c’est un intermédiaire, l’accord du titulaire est indispensable. Les travailleurs indépendants, les demandeurs d’emploi et les salariés sont tous concernés par le CPF. Il en est de même pour les personnes handicapées ayant été accueillies par l’ESAT et les fonctionnaires. Pour s’assurer de son éligibilité, allez sur le site du gouvernement

– Contrat d’apprentissage

Le contrat d’apprentissage est une solution de financement permettant d’acquérir des compétences professionnelles à travers une immersion au sein d’une entreprise. Ce dernier sert à être titulaire d’une certification ou d’un diplôme professionnel. Le contrat d’apprentissage est perçu comme un réel contrat de travail qui peut être en CDD ou en CDI. Cela implique des engagements réciproques et fait du bénéficiaire, un travailleur à part entière de la structure.

Il se retrouve sous le commandement du maître d’apprentissage qui veille à ce que l’intégration de l’apprenti soit un succès. Des missions sont régulièrement confiées au travailleur. Pour bénéficier d’un contrat d’apprentissage, l’âge de l’apprenti doit être compris entre 16 et 29 ans. Les personnes en situation de handicap souhaitant profiter de ce programme ne sont pas confrontées à une limite d’âge.

Il en est de même pour les candidats dont l’objectif est de reprendre ou de créer une entreprise. Le contrat d’apprentissage comporte plus d’un avantage. L’apprenant suit sa formation sans rien débourser et reçoit en plus une rémunération mensuelle. La structure d’accueil, quant à elle, peut se faire aider en percevant 5 000 ou 8 000 euros en fonction de l’âge de l’apprenant. Pour vérifier l’éligibilité, le site travail-emploi.gouv.fr est à portée.

– Contrat de professionnalisation

Il s’agit d’un contrat en alternance dont le but est de favoriser la réinsertion ou une insertion professionnelle. Passer par l’acquisition d’une qualification est donc essentiel. Le candidat passe les 2/3 du temps au sein d’une entreprise. L’employeur désigne un tuteur qui se charge d’encadrer le titulaire du contrat de professionnalisation. Le reste du temps est consacré à la formation.

À la fin de celle-ci, le candidat obtient une qualification professionnelle, un titre certifié ou un diplôme. Pour profiter du contrat de professionnalisation, il faut avoir entre 16 et 25 ans. Ces jeunes peuvent être sans qualification ou peuvent avoir suivi une formation qui sera approfondie grâce à une formation au Greta. Les demandeurs d’emploi ayant au moins 26 ans peuvent aussi bénéficier du contrat de professionnalisation.

Il en est de même pour les personnes percevant des revenus. Il s’agit de l’ASS (allocation de solidarité spécifique), le RSA (revenu de solidarité active) ou encore l’AAH (allocation aux adultes handicapés). Par ailleurs, le contrat de professionnalisation peut s’avérer très avantageux pour le bénéficiaire autant que pour l’entreprise. Il a, par exemple, la chance de pouvoir suivre une formation non seulement gratuite, mais aussi rémunérée.

Du côté de l’entreprise, des aides financières sont prévues pour motiver ce genre d’initiative. Pour un alternant majeur, la société perçoit 8 000 euros. En revanche, pour ceux ayant moins de 18 ans, une somme de 5 000 euros est versée. Ceux qui sont intéressés et qui veulent vérifier leur éligibilité peuvent consulter cette page

– Contrat de sécurisation professionnelle

Le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) concerne les travailleurs qui ont été victimes d’un licenciement économique. Ce dernier a été renvoyé pour des raisons indépendantes de sa volonté. Le programme permet de retrouver au plus vite un emploi durable. Le dispositif offre un accompagnement renforcé sur une longue durée et une allocation spécifique (ASP : allocation de sécurisation professionnelle). Il propose aussi une aide pour la reprise d’un emploi.

Pendant la durée de son contrat, le bénéficiaire a un statut de stagiaire et l’accompagnement se fait sur une durée d’un an au plus. C’est à un opérateur agréé ou au pôle emploi de faire le nécessaire. La condition pour obtenir un tel financement est de présenter à un conseiller pôle emploi, un devis. Une mobilisation du CPF permet de compléter le financement de la formation. Pour plus d’informations par rapport à l’éligibilité, il faut consulter le site de pôle emploi.

– Financement Pôle Emploi

Pôle emploi propose plusieurs dispositifs pour financer sa formation au Greta. L’AFPR (action de formation préalable au recrutement) s’adresse à toute personne ayant reçu une offre de cette structure qui nécessite une formation. La durée de cet enseignement ne dépasse pas les 400 heures. L’AFC (action de formation collective) est un autre système mis en place par pôle emploi pour assurer le financement d’une formation.

Celles concernées peuvent être diplômantes ou qualifiantes. L’AIF (aide individuelle à la formation) est une autre option proposée aux demandeurs d’emploi. La condition ici est la validation du projet de la formation (avec le conseiller pôle emploi) et l’inscription auprès de Greta. Les informations relatives à l’éligibilité sont disponibles sur le site de Pôle Emploi.

– Financement par la région

Un financement par la région peut être envisagé pour suivre une formation. La région Île de France finance tous les ans la formation de près de 20 000 personnes. Il s’agit de celles qui recherchent un travail dans le cadre du PRQC (programme régional qualifiant compétences). Les formations disponibles sont sélectionnées en fonction des besoins en qualification et en compétences du territoire.

Une aide est ainsi apportée aux demandeurs d’emploi, qu’ils soient jeunes ou adultes pour obtenir un boulot. Les candidats peuvent choisir une formation courte ou longue durée en fonction de leur projet. Pour plus d’informations, il est conseillé de se rapprocher d’un conseiller pôle emploi.

Conclusion

Vous l’aurez compris, il existe vraiment plusieurs types de financement, selon son statut. Il faut vraiment prendre le temps de bien anticiper sa formation, pour prendre le temps de demander le financement de sa formation. En effet, cela est souvent très long et les organismes comme Pôle emploi aime bien, que votre projet soit bien construit et réfléchis.