Qu’est-ce que la gestion d’actifs ?

by

Synonyme de gestion de fortune, la gestion d’actifs ou « Asset Management » en anglais consiste à gérer des fonds fournis par des investisseurs de sorte que ces derniers soient multipliés sur une période donnée. On le désigne également par la gestion de portefeuille, et quand on parle de gestion d’actifs financiers, cela suppose de procéder à un équilibre entre les coûts et les risques vis-à-vis des gains espérés. Cela permet d’atteindre les objectifs définis par l’entité. Comment peut-on définir la gestion d’actifs ? Pourquoi en faire et quels sont les différents types de gestion d’actifs ? Ce sont autant de questions auxquelles vous trouverez des réponses ici.

La gestion des actifs : comment peut-on le définir et quels sont ses principes ?

On peut définir l’asset management, comme cette opération qui consiste à gérer des fonds d’un ou de plusieurs partenaires financiers dans l’objectif de les faire fructifier au maximum. Bien sûr, des plus-values seront réalisées sur une longue durée suite à cette opération. Ainsi, afin de maximiser les profits, il faut investir non seulement dans les actions, mais également les fonds communs de placement.

Bien sûr, investir dans les Sociétés d’investissements à capital variable permettra également de maximiser les profits. Il est important de tenir compte de certaines obligations afin de pouvoir augmenter le rendement. Une entreprise spécialisée appelée « Asset Manager » est alors désignée pour assurer la gestion avec efficacité des produits de placements qu’émettent les assurances et les banques.

La gestion de portefeuilles se base sur quatre principes. Ces 4 principes de l’Asset Management sont les principales valeurs sur lesquels sa pratique se fonde dans l’objectif d’atteindre les différents objectifs. Il s’agit notamment de la valeur, le leadership, l’alignement et la garantie.

  • La valeur

Le rôle des actifs est de donner de la valeur à l’organisation qui la possède. Alors, la gestion d’actifs se focalise principalement sur la valeur que l’actif pourrait apporter à ladite organisation.

  • Le leadership

Très important pour créer de la valeur, le leadership a pour rôle de mettre en place la gestion d’actifs, mais de s’assurer également de son utilisation efficace dans l’organisation elle-même.

  • L’alignement

Les différents objectifs d’une organisation se manifestent non seulement en activités et en plans, mais aussi en décisions techniques et financières. La moindre décision qui sera prise comptera beaucoup pour atteindre les différents objectifs de l’organisation.

  • La garantie

Il est certifié par la gestion d’actifs que les actifs rempliront leur fonction. La garantie concerne non seulement les actifs, mais aussi leur gestion et le système de gestion.

Pourquoi faire l’Asset Management et quelles sont les solutions de gestions d’actifs ?

Tout en investissant leurs fonds dans les actifs productifs, les gestionnaires d’actifs allouent un capital de manière très efficace. Précisons que ces fonds proviennent des investisseurs privés et institutionnels. Les avantages de l’asset management sont nombreux. Toutefois, pour bénéficier de ces avantages, il faut que les actifs en question soient confiés à un gestionnaire efficace.

Ce dernier doit être capable de mettre en place une bonne stratégie de gestion. Grâce à cette dernière l’asset manager pourra avoir un regard sur tous les actifs en sa possession. Les entreprises pourront tirer le meilleur profit de leurs ressources sans pour autant dilapider leur fonds dans de mauvais investissements.

Aussi, avec comme principal objectif qui est de faire prospérer le patrimoine des clients, certains gestionnaires optent pour l’utilisation d’un logiciel. En optant pour l’utilisation d’un logiciel, ces derniers s’offrent beaucoup d’autres possibilités comme :

  • la possibilité de gérer les ressources partout ;
  • garder une trace de l’ensemble des actifs ;
  • la prévision des risques que ce soit juridique, opérationnel ou financier ;
  • la mise en place des opérations de gestion d’actifs de façon plus efficiente avec un suivi beaucoup plus performant ;
  • une optimisation du temps de gestion ;
  • la détermination des niveaux de service ;
  • la surveillance et prise de mesure du cycle de vie d’un actif ;
  • et la gestion des portefeuilles actifs.

Les logiciels en question sont des solutions de gestions des actifs grâce auxquelles les investisseurs peuvent structurer leurs actifs. Deux options s’offrent à eux à savoir : internaliser ou externaliser.

L’internalisation signifie acheter et utiliser des softwares en interne. L’objectif pour l’investisseur est de réaliser, d’analyser et de procéder à une gestion efficace des investissements. Pour ce faire, il peut utiliser des produits ou des logiciels informatiques. Ces derniers sont facilement accessibles sur le marché. Il est aussi très important que l’investisseur élargisse régulièrement ses connaissances étant donné le développement continu des produits.

L’externalisation par contre implique l’utilisation de logiciels mis à la disposition par d’autres. Ces logiciels sont proposés par un fournisseur de service et permettent d’éviter l’exploitation indépendante de produits informatiques. Tout en accédant aux données de l’investisseur, le prestataire de services fournit des évaluations, des analyses et toute autre information nécessaire à l’investisseur tout en prenant en compte ses besoins.

Pour déterminer qu’un logiciel de gestion est efficace, ce dernier doit pouvoir se focaliser sur l’état et la performance des actifs. Il est également jugé efficient s’il parvient à créer un retour rapide sur investissement, améliorer l’efficacité opérationnelle, réduire les coûts, élever le niveau de conformité, réduire les différentes tâches administratives, etc.

Quels sont les différents types de produits en matière de gestion d’actifs ?

Grâce aux OPC (organismes de placements collectifs), il est possible de gérer l’épargne publique selon une orientation définie à l’avance. Ces instruments financiers mis au point par des sociétés agréées sont en quelque sorte des portefeuilles collectifs gérés par des professionnels. Aussi, les investissements dans un OPC se transforment en parts ou actions de l’organisme, ce qui reflète constamment la valeur du portefeuille détenu.

Cette valeur, exprimée en valeur liquidative, équivaut à la division de la valeur globale de l’actif net de l’OPC par le total des actions ou parts détenues. En gros, la valeur de liquidation est le prix à payer pour l’achat et la somme reçue lors de la revente. Généralement, les organismes de placements collectifs interviennent sur un marché bien déterminé. Comme marché où les OPC interviennent, on peut citer les actions françaises et les obligations internationales.

Souvent très accessible, il existe d’autres marchés avec une gestion diversifiée entre les obligations, les actions ou d’autres marchés. Les parts démarrent souvent à quelques euros ou une dizaine d’euros. Pour plus d’éclaircissement, il est important de parler des OPCVM ou FIA et des sicav ou FCP qui sont quelques points de repère.

– OPCVM ou FIA

Réservée depuis 2013 à une catégorie d’OPC, l’OPCVM est une expression qui autrefois servait à désigner des fonds collectifs. Défini comme « organisme de placement collectif de valeurs mobilières », le terme OPCVM est réservé à des OPC qui non seulement révèlent de la directive européenne UCITS 4, mais sont aussi soumis à des règles d’investissement coordonnées au niveau européen. Pour ce qui est des autres fonds appelés fonds d’investissement alternatifs (FIA), ils relèvent de la directive européenne AIFM.

– Sicav ou FCP

Ce sont des Sociétés d’investissement à capital variable (sicav) et des fonds communs de placement (FCP) que l’on retrouve principalement dans la grande famille des OPC. Ce sont des supports juridiques avec une différence formelle, même si cela ne change rien pour l’épargnant.

L’Asset management : quels sont les différents types qui existent ?

En effet, il existe plusieurs types de gestion de portefeuille à savoir : la gestion collective, la gestion assistée ou conseillée, la gestion sous mandat, et la gestion pilotée. En outre, le détenteur de portefeuille peut directement traiter ses positions (achat ou vente) que ce soit à travers un compte-titre, ou un PEA. On parle dans ce cas d’une gestion individuelle. Afin de l’épauler, il peut faire appel à un professionnel en optant pour les gestions citées plus haut.

– La gestion collective

Il peut arriver qu’un investisseur n’ait ni le temps ni les connaissances qu’il faut afin de gérer un patrimoine financier lui-même. Dans cette situation, il a la possibilité d’acquérir des parts FCP ou actions de sicav. En supposant qu’il fasse cette acquisition, il ne peut que confier la tâche de faire prospérer l’épargne des investissements à une société de gestion.

Ainsi, cela se fera en toute conformité avec un profil qu’a résumé le DICI. Il s’agit du document d’informations clés pour l’investisseur dans lequel est fournie la carte d’identité de chaque OPCVM, y compris la stratégie d’investissement ainsi que les précédentes performances.

– La gestion assistée ou conseillée

Dans le cas d’une gestion assistée ou conseillée, le pilotage du portefeuille se fait par le détendeur lui-même. Les conseils d’un spécialiste ne seront nécessaires qu’en cas de besoin.

– La gestion sous mandat

La prise en charge de la gestion complète du portefeuille est faite par un gérant agréé par l’AMF. Ce dernier devra respecter le couple rendement/risque que le client lui a fixé. Naturellement, le gérant agréé s’occupe de la gestion moyennant une rémunération.

– La gestion pilotée

Dans le cas de la gestion pilotée, la gestion totale ou en partie du portefeuille est déléguée à un professionnel. Cependant, une orientation (défensive, offensive, etc.) est déterminée au préalable. Aussi, en fonction des objectifs fixés par l’investisseur, le gestionnaire décidera de vendre ou d’acheter.

Quels sont les autres types de gestion d’actifs ?

Les gérants ou les societes gestion ont la possibilité de spécialiser l’OPC en fonction de la taille des sociétés. C’est ainsi qu’on parle de large caps, de mid caps ou de small caps. Les large caps ou encore grandes valeurs sont surtout des valeurs de rendement capable d’assurer une liquidité optimale au portefeuille. Précisons qu’ils composent la plupart des indices phares.

Pour ce qui est des mid caps ou des valeurs moyennes, ils sont principalement recherchés pour leur potentiel de croissance. Les valeurs moyennes permettent également une diversification des portefeuilles. Avec le small caps ou encore petites valeurs, le risque est plus élevé même si le gérant a une approche très dynamique. Non seulement ces portefeuilles sont spécialisés, mais ils correspondent à des profils d’investisseurs bien déterminés.

Conclusion :

En somme, la gestion d’actifs, encore appelé Asset Management en anglais s’adresse aux investisseurs privés ainsi qu’aux institutionnels fortunés. Pendant que ceux privés achètent le savoir-faire et l’expertise des sociétés de gestion, les institutionnels se servent de leurs compétences afin d’effectuer leurs différentes opérations d’investissement.